Fanny H. Créations (billet 3/3) Styliste – backstage

DSC_9182

Si vous venez d’arriver, Balvez Mad ! (c’est la seule chose que je sais dire en breton, j’en profite). Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Fanny H. Créations (billet 1/3) styliste de la région de Morlaix

moto_fatboy_lajupettedejeannette Notre Fat Boy de 1992 – Harley Davidson – Modèle Erell Legru en robe dos dentelle Fanny H. créations - maquillage et coiffure Chloé et Elodie Struillou – Chaussures Doc Martens

J’ouvre cette année avec une talentueuse créatrice Fanny H. rencontrée lors du Binz Market organisé par Breizh Cup Cake Events entre autres (pour la connaître un petit peu…). Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

SirDjos créateur de mode


J’avais envie, depuis quelques mois, de rencontrer ce jeune et prodige styliste qui a installé son showroom à Quimper. Propulsé (en partie) par Pascal Jaouen, brodeur réputé, il n’était pas facile pour moi -et sans doute pour lui aussi- de provoquer cette rencontre qui pour lui n’avait pas grande valeur (une blogueuse….). Mais non c’est avec bienveillance qu’il m’a ouvert la porte de son nid.

J’avais comme une grande fille préparé mes questions. Bien-sûr, je n’ai jamais retrouvé ce fichu papier. C’est autour d’un café qu’on a papoté. Une question qui me trouble souvent. Comment les artistes font pour créer. Alors, lorsque je lui ai demandé quelles étaient ses sources d’inspiration, j’ai senti un certain agacement.
En communion avec ses sens, avec ses émotions, son inspiration se trouve partout. Il se parfume l’esprit en se baladant dans la nature, joue du piano, respire les notes de musique, rentre de voyages avec des couleurs et des souvenirs qui ne peuvent qu’enrichir ses collections.
J’aime ce regard. Le regard qu’il a sur la vie. Différente.
Il m’a précisé que les armures ont trouvé leur place dans sa collection. Est-ce un symbole de protection ?. Je ne pense pas. Justement. Je pense que SirDjos part en croisade et que sa conquête commence. Méfiez-vous de sa douceur.

Rien n’est académique chez lui. Le sens des procédures et des savoirs, il les balaie de sa main et se crée son histoire. Une histoire fabuleuse pour ce garçon de 25 ans qui a appris seul, après avoir vécu de mauvaises expériences dans les écoles de stylisme.
Il a déjà en lui, depuis longtemps, ce luxe de création innée. Loin des écoles, c’est avec ses mains et en se frottant à la réalité qu’il a créé sa marque SirDjos.
Il collabore en ce moment avec Armor Lux. Des basiques Armor Lux revisités par SirDjos seront proposés dans tous les magasins en France, mais aussi Londres et New-York à partir de mi-juillet. On sera au rendez-vous.
Je vous laisse avec ses superbes dessins et pièces.

http://www.sirdjos.com/
L’atelier Showroom ouvre ses portes tous les mercredis de 8h à 20h, 72 ter rue de la Providence à Quimper. Port : 06.47.76.81.23 (autre jour sur rendez-vous).


Crédits photos lajupettedejeannette.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le vintage Haute couture//interview de Didier Ludot

Pourquoi le vintage est-il tendance ? pourquoi les dépôts-ventes (et pas forcément Haute couture) se multiplient. Je retiens deux bonnes raisons. Raz la casquette de cette consommation de masse, les rayons qui dégueulent de fringues (en période de soldes ça donne la nausée). La seconde raison : face à l’ouverture des marchés internationaux, la multiplication des franchises (les rues des villes se ressemblent toutes)… on est à la recherche d’une identité, sortir du lot, se démarquer. Etre unique et différente est une revendication tout à fait louable. La Haute Couture répond à cette demande par la création de pièce unique.

Je ne suis pas une grande fan du vintage mais j’apprécie l’idée du recyclage. Il m’arrive souvent de fréquenter à Quimper le dépôt vente ST FRUSQUIN. Et je fais aussi de très bonnes affaires lors de vide grenier.

J’aimerais vous faire partager une interview de Didier Ludot, créateur de la griffe « La petite robe noire » marque de luxe et propriétaire d’une boutique de dépôt-vente de luxe. J’ai bien aimé cet échange.

Il s’associe avec Petit Bateau pour créer une petite ligne de robes dans son esprit, robes noires, col claudine… Cette collection sera disponible sur le site de Petit Bateau à partir du 30 novembre et à partir du 5 décembre dans une sélection de boutique (on peut se brosser pour la voir à Quimper).

« La boutique Didier Ludot créée en 1975 vous accueille dans le 1er arrondissement de Paris. Didier Ludot vous propose son dépôt-vente de luxe uniquement pour vous. Il vous propose également de venir découvrir les créateurs qui ont fait, font et feront la haute couture. La boutique Didier Ludot n’est pas seulement une boutique de dépôt-vente de grands couturiers, c’est aussi un espace d’échange et de dialogue sur le luxe, la haute couture et le Vintage. Vous recherchez des vêtements de luxe pour femme ou pour homme ? Mesdames, une robe pour sortir qui saura vous mettre en valeur ? Vous n’avez plus de doutes à avoir. Venez découvrir la boutique Didier Ludot qui saura vous satisfaire dans vos achats de haute couture. »

http://www.didierludot.fr/

Rendez-vous sur Hellocoton !

La biographie de Jean-Paul Gaultier par Elizabeth Gouslan

extrait : « Enfant unique, prodige et prodigue, machine de guerre au travail, grand convecteur captant le monde tel qu’il est et le transfigurant en 3D sur ses carnets, dadaïste autodidacte, Gaultier possède, comme le dit Karl Lagerfeld, « une vision et une vista. » Fils spirituel de personne, ce tsunami a dévasté le jardin à la française, déconstruisant d’abord le Bescherelle du prêt-à-porter puis le Larousse couture. Joker sans cravate au sein d’un Jockey Club, qui ne compte plus que onze membres, il se tient en retrait, l’oeil qui frise de malice, l’air de ne pas en toucher merveilleusement libre, détaché, se méfiant du marketing, du merchandising et des trusts, toutes choses peu poétiques. Un Huckleberry Finn qui habillerait les Fauntleroy, mais du bout des doigts. En vingt ans, seuls deux Français ont su s’imposer sur le marché américain : Christian Lacroix et Jean-Paul Gaultier. Cet exploit ne l’émeut pas. L’avant-gardiste devenu classique par inadvertance continue sa route en zigzag. »

J’ai adoré cette biographie de Jean-Paul Gaultier. Je le conseille à tout le monde, même si l’écriture d’Elizabeth Gouslan, journaliste, ressemble à de longs poêmes. Parfois son écriture tourne et valse avec les mots. Je me suis sentie un peu étourdie et désorientée. Sa perception du grand maître est parfois triste. Ce qui rend le texte mélancolique malgré sa description de Gaultier toujours joyeuse et gaïe. Elle a mis en lumière le côté paradoxal de ce génie. D’un côté la gloire, la fête, l’intelligence, l’argent, la beauté et de l’autre la solitude, le bourreau de travail, le deuil et la tristesse. Jean-Paul Gaultier c’est tout ça. ça nous émeut, ça nous boulverse. Il a perdu son grand amour Francis et ne s’en est jamais remis. Je suis une grande fan, une admiratrice….
Sans doute aussi car il aime l’univers « prolo », aime les gens simples, la vie. Il est humain, humaniste.
Un deuxième livre que je vous conseille vivement « Le Défilé ».


« 
Jean Paul Gaultier a réalisé les costumes de douze spectacles chorégraphiques et vidéos de Régine Chopinot.
Le plus connu d’entre eux est Le Défilé (1985), création atypique pour seize danseurs, comédiens et mannequins. Mi-défilé de mode, mi-ballet, il a fait date dans l’histoire de la mode et de la danse en réconciliant une nouvelle génération de chorégraphes avec le costume de danse. Ce livre retrace pour la première fois la collaboration entre le couturier et la chorégraphe. Il permet de redécouvrir des costumes qui n’ont jamais été montrés au-delà des représentations elles-mêmes et sont autant de jalons dans le parcours créatif de Jean Paul Gaultier.
Les recherches stylistiques qu’il expérimente pour la danse s’inscriront parfois dans son prêt-à-porter puis dans la haute couture. Des robes corsets d’une exemplaire exécution, des carapaces de tutus taillés et sculptés, des combinaisons peintes en trompe l’œil, des crinolines et des laines tricotées, des accumulations et des rencontres inusitées jusqu’alors entre matériaux et objets de récupération confèrent à chacun des costumes un statut scénique fort qui crée un effet de miroir avec la création de mode du couturier. « 

Ses fidèles : Farida Khelfa, Aïtize Hanson, Tanel, mais aussi (ne sont pas sur la photo) Frédérique Lorca et Evelyne Gaultier


Aïtize

Je pense que Dior c’est trompé de muse…. miser sur un Galliano alcoolique… tant-mieux pour Jean-Paul, lui qui a su resté droit et humain jusqu’au bout… merci à lui

http://culturebox.france3.fr/all/37159/la-mode-de-jean-paul-gaultier-a-montreal

http://www.herby.tv/2011/06/jean-paul-gaultier-au-musee-des-beaux-arts/

http://www.jeanpaulgaultier.com/brand/fr#page-brand/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pascal Jaouen expose ses robes et broderies au Prieuré de Locmaria

Pascal Jaouen c’est un peu notre Jean-Paul Gaultier Quimpérois. Il revisite la tradition bretonne, brode, crée et réalise de magnifiques robes de princesse. Il réinvente les codes tout en maitrisant parfaitement le travail de nos grands-mères, la broderie Glazik.
L’année dernière déjà, j’étais allée voir son exposition… mais j’avais été déçue car c’était plus un travail collaboratif avec les Faïences Henriot. On pouvait voir effectivement la robe bustier en faïence portée par la fameuse ex-miss France Nathalie Marquay.
Je préfère largement cette exposition. J’ai emmené mini-Jupette. Elle a trouvé magnifiques les robes de princesse « j’aimerais bien en avoir une comme ça »…. un jour ma fille…un jour (ou comme moi JAMAIS, chut je vais pas lui casser son rêve).

Je peux pas vous montrer des photos, photos interdites. Ce qui peut se comprendre.

Par contre j’ai fait des petites recherches sur le beau Pascal…. ben y’a pas grand chose, à part une foule d’articles de Le Télégramme et OuestF. ouais mais Zencore… pas de Wikipédia… ben Zalors et puis son site sur son école de Broderie…. OOUFFFFF j’ai eu un haut le coeur. Son site n’est pas du tout à l’image du personnage, qui lui est moderne et sympathique (à première vue, je ne le connais pas, mais je l’ai eu une fois au téléphone et je l’avais trouvé super gentil).
Alors c’est quoi ce site pourri de son Ecole d’art de broderie. Oui d’accord on est près de la mer, le Pays Glazik et tout et tout…. mais là NON !! enfin bon c’est un détail, je vous l’avoue mais quand même, il est pas vieux le lascard…. un quarantaine d’année. Il pourrait faire un tyte effort. C’est pas parce qu’on parle breizou, qu’on aime la broderie et aime les crêpes qu’il faut se laisser aller…. héhé
Bon sinon Jean-Paul et non Pascal !! Big up pour tout ton travail !! on est fan, mini-jupette et moi. bravo !!! Fais nous encore rêver !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !